La Semaine Sainte est, à Séville, un phénomène d’une telle intensité qu’elle n’est pas compréhensible que par ceux qui la partagent avec eux. Il faut admirer l’expressivité, la pompe et la richesse qui décorent les statues et les « pasos ».          
Les processions ont lieu tous les jours de la Semaine Sainte, à partir du Dimanche des Rameaux jusqu’au Dimanche de Pacques. Entre cinq et neuf confréries défilent chaque jour, chacune avec son costume distinctif (ce que souvent on confond avec les costumes du honteux Ku Klux Klan américain).             
Les processions commencent à l’église où la confrérie a son siège et se dirigent vers la cathédrale en suivant un trajet différent. Chaque confrérie défile avec deux « pasos » (des autels mobiles avec des statues en bois) : un « paso » évoque un épisode de la Passion de Jésus et un autre propose une représentation de la Vierge des Douleurs. On pourrait presque dire qui depuis des siècles la semaine sainte sévillane respecte la « égalité des sexes ». Les « pasos » sont portés sur les épaules par les « costaleros », des hommes notamment costauds, suivant le rythme marqué par un « capataz », le contremaitre, et la musique de la fanfare.  Les nazaréens qui les accompagnent portent un cierge à la main et une capuche sur le visage. De cette façon on ne peut pas reconnaitre les « pénitents » qui défilent. En effet, au cours des processions il n’y a pas une hiérarchie ou favoritismes entre les fidèles encapuchonnés : aux yeux de Dieux, nous sommes tous égaux.

Patrik Perret

Guide Touristique
Historien de l’Art

Téléphone

+34 607746601
+39 3404699295

Adresse e-mail

info@visiteseville.com